Jiu-Jitsu Can-Ryu

Le jiu-jitsu est un art d’autodéfense développé par les samouraïs japonais. Ces derniers appliquaient le jiu-jitsu lorsqu’ils étaient désarmés. L’expression jiu-jitsu signifie « l’art de la souplesse » ; aussi, le jiu-jitsu est utilisé pour absorber les attaques d’un assaillant pour ensuite le contrôler.

Le système canadien de jiu-jitsu (ou Can-Ryu) est un style moderne de jiu-jitsu créé en lien avec les conditions uniques de la société canadienne. Il a été développé en conformité avec l’article 34 du Code criminel canadien.

Le Can-Ryu fut fondé par le professeur Georges SYLVAIN, un vétéran de la police de 15 ans et un officier d’entraînement tactique de renommée internationale. Il s’inspira de divers arts martiaux, notamment du jiu-jitsu japonais, des techniques de contrôle standardisées utilisées par la police, du judo, de la boxe occidentale et enfin du karaté.

Le Can-Ryu est un système dédié à l’autodéfense et n’est donc pas un sport de combat : il n’est pas limité par des règles des sports compétitifs. Il n’a qu’un objectif : la maîtrise d’un ou de plusieurs assaillants en situation d’autodéfense.

Par ailleurs, le Can-Ryu utilise quatre principes fondamentaux qui, dans les situations d’autodéfense, transcendent les différences de taille, de poids et de portée :

  • La simplicité: un élève du système de jiu-jitsu Can-Ryu devrait pouvoir apprendre une technique d’autodéfense d’une manière utilisable en moins de trois minutes, et ce, adaptée aux différents gabarits d’agresseurs potentiels ;
  • La similarité des techniques: le système Can-Ryu utilise des techniques semblables lors de situations défensives similaires. Le but est d’éviter les blocages mentaux qui peuvent survenir sous la pression d’une attaque lorsqu’une personne essaie de « réfléchir » à la technique à utiliser. Si la technique défensive enseignée est la même pour toutes les variantes mineures d’une attaque, cela réduit les risques de « blocages mentaux » ainsi que de figer face à un agresseur ;
  • Les capacités motrices globales: afin de rendre le programme de jiu-jitsu Can-Ryu plus facile à apprendre et à appliquer, l’École focalise sur l’utilisation de la motricité globale par rapport à la motricité fine lors de situations d’autodéfense. La motricité fine est introduite aux ceintures plus élevées au gré du progrès à travers le système ; et
  • La prise de conscience de menaces supplémentaires: lors de l’exécution des techniques, il y a insistance sur la prise de conscience de menaces supplémentaires, telles que les attaques d’agresseurs multiples, l’utilisation d’armes ainsi que les risques environnementaux.

Enfin, le jiu-jitsu Can-Ryu est toujours enseigné dans l’optique d’éviter les situations où l’usage de la force est requis. Cependant, si un élève du jiu-jitsu Can-Ryu est appelé à se défendre, il aura en main un arsenal de techniques éprouvées pour se sortir de malencontreuses situations, et ce, en utilisant uniquement la force nécessaire.